Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Authentiqua

La BPCO : peu de médecins veulent prendre le temps de faire l'examen pour la dépister. 3e cause de mortalité.

20 Mai 2013 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #Sante

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Très répandue, plus mortelle que le cancer du poumon, cette pathologie reste mal connue et sous diagnostiquée. Son dépistage est pourtant simple et rapide.

 

Cette maladie se développe principalement chez les fumeurs (80 % des cas).

 

Il y aurait d'autres facteurs :

- pollution atmosphérique extérieure et intérieure

- exposition à des risques professionnels dus à la présence de poussières ou de produits chimiques (agriculteurs, professionnel du bâtiment et du textile)

- infections respiratoires contractées pendant l'enfance.

 

 

Le diagnostic peut-être posé de manière précoce, par votre médecin traitant grâce à la mesure du souffle au moyen d'un spiromètre. Il est le seul moyen pour diagnostiquer une BPCO.

 

Cet examen d'une simplicité enfantine n'est pas souvent pratiqué par les médecins  traitants car ils auraient un emploi du temps surchargé, la formation est seulement de 1 journée, c'est beaucoup moins d'argent qui rentre dans la caisse s'ils perdent une journée de CA...  S'ils mesuraient le souffle à chaque consultation, des milliers de vie seraient sauvées chaque année en France. Si la maladie est prise au tout début, on peut éviter l'évolution. Beaucoup de médecins considèrent que cet examen rallongerait la consultation et cela ne les intéresse pas, certains zappent même l'auscultation et ne font plus qu'une simple prise de tension pour aller plus vite...Si le prix de la consultation doublait et passait à 48 euros, il y aurait plus de volontaires pour effectuer cet examen.

 

 

A un stade avancé de cette maladie, on ne peut plus grimper quelques marches et même faire sa toilette devient une épreuve...

 

Lorsque les patients atteignent le stade d'insuffisance respiratoire, le médecin prescrit une oxygénothérapie nocturne. Les patients doivent brancher une petite sonde dans la narine qui permet d'enrichir l'air en oxygène

 

Demandez à votre médecin traitant de vous faire ce dépistage ou alors demander à ce qu'il vous envoie vers un confrère ou un pneumologue tous les ans pour le faire. S'il refuse, changez de "crèmerie".

 

 

Rediffusion d'une note du 19/10/2011

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article