Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Authentiqua

Les adhérences post opératoires très fréquentes mais peu connues des patients

22 Avril 2013 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #Sante

Les adhérences post opératoires, ce sont des bandes anormales de tissu cicatriciel qui se forment entre les organes. Peu connu des malades sur le plan technique, ce phénomène les affecte pourtant douloureusement. Très fréquentes après certaines chirurgies pelviennes et abdominales, ces connexions fibreuses sont en effet à l'origine de douleurs, d'infertilité voire de ces d'occlusion intestinale.

Pour faire le point sur ces sujets, un site Internet spécialisé vient d'être créé par l'association François Aupetit (AFA) et l'Association Francophone Vaincre les Douleurs (AFVD), soutenues par la société de biotechnologies médicales Genzyme.

Avant de vous faire opérer, notamment d'une appendicite, pour une hystérectomie ou une résection intestinale... consultez le site www.prevenirlesadherences.com  

 

Vous y apprendrez que 74% des occlusions intestinales et 40% des cas de douleurs pelviennes sont liés à des adhérences post opératoires. Celles-ci « gênent le mouvement naturel des organes et représentent la complication la plus fréquente de la chirurgie digestive ». Conséquences : douleurs pelviennes, abdominales et infertilité due au blocage du « passage de l'ovule dans les trompes de Fallope ».

Des solutions existent. La plus efficace reste évidemment… la prévention. Elle est réalisée au bloc opératoire, par l’introduction « de plusieurs litres de liquide dans la cavité abdominale, pour permettre la flottaison des organes ». Une autre technique consiste à remplacer ce liquide par des « produits sous forme de film ou de gel, qui se comportent comme une barrière physique en séparant les tissus pendant la période critique de formation des adhérences ». Ces derniers produits sont mis en place à la fin de l’intervention.

 

Dans le cas où des adhérences sont déjà formées, une autre intervention chirurgicale peut être envisagée. Cette « adhésiolyse » permettra de sectionner les fibres gênantes. Soulignons toutefois, que 85% des adhérences ainsi opérées se reforment par la suite. Mieux vaut donc vous renseigner auprès de votre chirurgien sur la solution la mieux adaptée à votre cas.

 

 

Rediffusion d'une note du 17/07/2010

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article