Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Authentiqua

La santé et les stars : pas besoin de carte vitale pour les VIP...

5 Mai 2013 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #Stars peoples

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Généralement quand on fait un malaise, on appelle le 15, le SAMU. Dans le monde "extraordinaire" des VIP, on double son coup de fil au 15 d'un coup de fil sur le 06 d'un toubib très influent. Les VIP sont sûrs d'avoir un lit disponible dans un service hospitalier, ce ne sont pas de simples mortels.

 

En théorie, la règle dans les hôpitaux, c'est égalité de traitement pour tous mais dans les faits, on sait tous que c'est complètement faux... A mesure que l'accès aux soins se complique, les passe-droits se multiplient. Politiques, chefs d'entreprise, journalistes : tous ces gens de la France d'en haut ont l'immense chance d'avoir dans leur répertoire téléphonique le numéro personnel d'un ponte de la médecine. Ils peuvent user, abuser, de passe-droits...

 

Quand on est VIP, il va de soi qu' on n'attend pas des semaines, voire des mois, pour avoir un rendez-vous dans le meilleur service. C'est le chef de service en personne qui reçoit immédiatement le VIP. Si le VIP veut une IRM, il entre dans l'hôpital, il demande une IRM et on lui réalise l'IRM immédiatement,  et sans discuter... comme vous lorsque vous entrez dans une boulangerie pour acheter une simple baguette. On ne peut pas faire courir le moindre risque à un VIP, ce n'est pas une senior un peu trop seule de 50 ans... On exécute tous ses désirs !

C'est le chef de service qui opèrera s'il faut opérer...

Au Val-de-Grâce, l'hôpital militaire du Ve arrondissement de Paris, où sont soignés les chefs de l'Etat, des chambres VIP leur sont exclusivement réservées. L'hôpital européen Georges Pompidou a été conçu, dès le départ, avec une poignée de chambres de luxe pour les VIP, jusque dans les services des urgences... 

 

 

 

 

 

 

 

Rediffusiond'une note du 14/07/2012 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article