Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Authentiqua

"L'hôpital a tué mon mari", un témoignage terrifiant. Ca n'arrive pas qu'aux autres...

31 Juillet 2014 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #Histoires insolites mais vraies

 

  

  

"Il y a 4 mois que mon mari est décédé. Mais ce qui me fait le plus mal, c'est la manière dont il a été traité à l'hôpital. Pour moi, ils ont manqué à leurs devoirs, faisant preuve de cruauté,profitant de ce qu'il était privé de la parole et que j'étais la seule personne à lui rendre visite chaque jour. Victime d'un AVC, Henri 74 ans, arrive dans cet hôpital du Cher porteur d'une pneumopathieà staphylocoque contractée dans un autre hôpital. Il est placé en isolement afin de protéger les autres patients.

Les 1ers contacts avec le personnel se passent mal à cause d'une simple histoire de... blouse ! Un jour on me dit d'en mettre une, le lendemain le contraire. Je fais part de mon étonnement.

  

Le lendemain mon mari fait une occlusion. Je sonne. Personne ne vient. Je sors chercher une infirmière pour signaler que la situation empire.

Elle me répond -Quand on a des griefs avec la famille c'est le malade qui paye ! 

Je suis outrée par sa remarque.

  

Une autre fois, je demande si on peut faire des pansements sur les oreilles d'Henri, qui sont très abîmées car il porte des lunettes à oxygène.

Réponse -Vous ne voyez pas dans l'état dans lequel il est, ça ne servirait à rien !

Je remédie moi-même à la situation pour le soulager. Quand je demande s'il peut bénéficier d'un kiné, on me répond -Pourquoi on le remue tous les matins en lui faisant sa toilette !

Autre moment tragique : j'arrive à 13 h pour ma visite quotidienne. Sur son lit, je constate que mon mari est déshydraté, il n'y a plus d'eau dans son bol à oxygène. Résultat, sa langue est dure comme une pierre, ses lèvres en sang. Je sonne, personne ne vient. L'infirmière ne se présentera que 2 h plus tard...

Quand il fait sous lui, on ne le change pas. Les aide-soignantes baissent sa tête de lit et remontent les draps et quittent la chambre. Je retourne les chercher, elles éclatent de rire.

Henri sent mauvais car il n'est pas douché. On lui passe sommairement un peu de lait de toilette sur le corps, et ce n'est même pas bien fait.

Il a des escarres qui sont laissés à l'air libre, qui suintent et collent, le faisant atrocement souffrir. Personne ne les panse alors que c'est une porte ouverte aux bactéries.

Le contact avec les médecins ne se passe pas mieux L'un d'eux ose me tenir des propos ignobles - on privilège les jeunes, ils se rétablissent plus vite.

 Quand je demande à un autre praticien de quelle infection souffre mon mari, il me rétorque -Pourquoi, vous voulez devenir médecin ?

Conseillée par mon médecin traitant, je décide de le faire sortir. Dix jours après, Henri meurt dans mes bras" 

Aline Villabon (cher)

Source "France dimanche" du 25 juin au 1 er juillet 2010

  

  

 

 

 

Nous avons eu un témoignage similaire avec Violaine Vanoyeke "Homicide- même l'hôpital peut tuer". Les erreurs médicales, les mauvais traitements etc s'enchaînaient.

 

 

 

 

 

 

Victime de plusieurs erreurs inadmissibles commises dans un hôpital public, alors qu'il s'y rendait pour un simple traitement, le mari de Violaine Vanoyekeest décédé au terme de deux mois d'enfer inimaginable pour le couple. Ce livre est le récit de l'incroyable enchaînement d'erreurs qui a entraîné sa mort.

Violaine Vanoyeke a décidé de porterplainte contre l'hôpital, de mobiliser la presse, pour que les malades soient mieux traités dans les hôpitaux, les maisons de retraite et les centres handicapés. Elle demande plus de suivi dans les soins, une plus grande humanité, un respect des malades et un contrôle des médecins. Elle vient de créer un site : victimesdeshopitaux.com.

Un témoignage bouleversant qui touchera tous ceux qui ont subi des erreurs médicales,  qui sont sensibles à la qualité des soins dans les hôpitaux et  qui souhaitent agir en faveur d'un changement profond.

Éminente spécialiste de l'antiquité dont les ouvrages font autorité, choisie par un magazine comme l'une des dix femmes qui ont marqué le XXe siècle pour ses découvertes, Violaine Vanoyeke est l'auteur de 72 ouvrages traduits dans 50 pays.

Latiniste, helléniste, égyptologue, linguiste, professeure de civilisations et de littérature anciennes, elle se consacre aujourd'hui à son oeuvre. Productrice et consultante à la télévision et à la radio (France 2, RTL, RMC, France Inter, Histoire...), elle a raconté quatre mille biographies. Elle est également célèbre comme pianiste virtuose.

 

 

 

 
 
 
                           
                                              
                 
rediffusion

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Carthage Médical 11/11/2014 16:20

Dorénavant vous devez bien vous renseigner sur les hôpitaux avant d'y aller!

Chirurgie seins 23/10/2014 14:56

J'ai trop aimé la caricature ! Navré pour votre mari

witney 29/08/2010 10:56


le tableau n'est pas top... faudrait que ça change ! bon dimanche