Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Authentiqua

Freud, un homme comme les autres en somme...

14 Avril 2013 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #Histoire

 

Il se marie le 14 septembre 1886. A peine, sa femme Martha et lui, ont ils emménagé dans leur appartement , que Mme FREUD est enceinte . A la naissance de Mathilde , FREUD confie  " Je suis aussi fatigué que si j'avais moi-même tout enduré".
Dans son couple , il est conservateur et machiste. Martha renonce à la pratique du Sabbat, de la viande casher, aux plaisirs des rapports charnels après la naissance de leur troisième enfant. Une chasteté imposé par FREUD, lassé de ces grossesses rapprochées... Le cabinet est situé dans l'appartement. Le divan a été offert par une cliente. Martha doit recevoir à déjeuner des clientes hystériques, sous l'oeil médusé et effrayé des des enfants . Elle réussira à le convaincre de mettre fin à ces invitations gênantes.

Martha croyait en son homme mais pas en la psychanalyse. Elle doit apprendre à gérer les sautes humeurs de Freud et les déprimes du très célèbres psychanalystes. Il garde chaque client 55 mn. Il se fait un point d'honneur à être exact à ses rendez-vous.A table , il se montrait très taciturne. il fume 20 cigares par jour, il se plaît à cueillir des champignons aux cours de longues promenades familiales, il fait de longues partie de tarot avec sa belle-soeur , qui est aussi sa maîtresse et qui vit chez lui.... :fou:
Martha délègue les voyages à sa soeur , le privilège d'accompagner FREUD dans ses nombreux périples et de l'assister comme secrétaire.  Il a la phobie des transports. Il mourra d'un cancer de la mâchoire en 1939.

 

 

 

Il devait être un grand névrosé ! Les cordonniers sont parfois les plus mal chaussés...

                

  

 

                        

 

 

 

 

Rediffusion d'une note du 13/04/2010 15:42

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Armide 13/04/2010 16:18


Freud avait grand pêur de l'obscurité et ne pouvait s'endormir que si on lui tenait la main.