Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Authentiqua

En chirurgie, on est très cachotier : on vous cache que les adhérences surviennent dans un 1 cas sur 2 après une opération. C'est 1 complication très courante qui nécessite 1 autre intervention.

5 Février 2013 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #Sante

 

C'est la complication la plus fréquente après un acte opératoire.

  

Toute opération chirurgicale constitue une agression pour les tissus et le processus de cicatrisation peut mal se dérouler.

C'est ainsi que se forment ces lésions appelées adhérences, ce sont des connections fibreuses qui se développent, en général, dans la semaine après l'opération (mais parfois ça peut être plusieurs mois après). Elles relient alors plusieurs tissus ou organes qui sont normalement séparés. Ces sortes de brides gênent donc les mouvements naturels des organes dans l'abdomen, elles peuvent entraîner des tiraillements, des tractions. Et elles peuvent s'étendre au cours des semaines qui suivent ou des mois qui suivent la chirurgie...

 

Vous pouvez être concerné par ce problème après n'importe quelle intervention, qu'elle soit gynécologique (fibrome, kyste, endométriose...) ou digestive, notamment au niveau des intestins.

 

Cette complication n'entraîne parfois aucun symptôme et demeure alors ignorée.

 

Vous pouvez souffrir de douleurs chroniques dans le bas du ventre. Ces douleurs surviennent, souvent, dans le mois qui suit l'opération... ou parfois des années après.  

Elles ne sont pas forcément continues, elles peuvent évoluer par crises ou être ressenties lors de mouvements de la vie quotidienne. Elles sont souvent associées à un ralentissement du transit(intestin) ou une absence de règles (aménorrhée) ou des règles diminuées(oligoménorrhée) en nombre de jour et en quantité, ça entraîne la stérilité si on ne réintervient pas. Les rapports sexuels peuvent être douloureux.

 

Vous pouvez avoir une occlusion intestinale : 7/10 des occlusions sont dues à des adhérences ! Cette complication grave se manifeste par une constipation, des douleurs abdominales, des nausées, des vomissements, un ventre plus ou moins balloné. Ces symptômes doivent vous amener à consulter très rapidement. Une occlusion intestinale doit être opérée en urgence car elle menace la vie...

 

 

Une coelioscopie, examen pratiqué avec un tube optique à partir d'incisions  peut-être effectuée : si des adhérences sont découvertes, elles sont alors retirées en même temps. On peut aussi recourir à un scanner ou une IRM, tout dépend de la localisation. Mais ces examens d'imagerie médicale ne doivent pas être réalisés par le radiologue du coin de la rue, ils doivent être faits par des radiologues entraînes car les lésions ne sont pas toujours faciles à voir et à diagnostiquer. L'incapable vous dirait RAS en cas d'adhérence...

 

 

 

Après l'ablation de l'adhérence, pour éviter de nouvelles adhérences se reforment encore une fois, des produits préventifs, notamment sous forme de film ou de gel, sont systématiquement utilisés.

 

 

 

Si vous devez subir une opération, on devrait vous remettre un document, un "consentement éclairé", vous avertissant les risques liés à l'anesthésie générale et à l'intervention. Le risque d'adhérences, pourtant important, est rarement mentionné... Interrogez toujours votre chirurgien à ce sujet, il doit vous en informer. Cela fera bouger les choses en incitant à davantage de prévention...

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

lalane 24/06/2013 21:33

Je suis poustouflée et très en colère après les chirurgiens qui font une première scélio pour couper les brides ou adhérences, mais ne VEULENT PAS poser de gel ou de toile qui serve de barrière
anti-adhérences.
Y'en a marre de tous ces mecs qui veulent absolument nous revoir dans leur bloc opératoire

gavelle 22/10/2011 01:51


Jai eu une premiere operation debut aout sa na pa ete une parti de rigolade mais les medecins mon dit tout ira pour le mieu maintenant que les douleur allai partir mais au final jai du subir une
seconde operation trois semaine plus tard pour la meme intervention "kyste hemoragique sur l'ovaire" mais javais en plus les intestin coller et du sang dans lestomac alor ne faite pa confiance a
nimporte qu'elle charlo de medecin et bon courage


Armide et Pistol 28/06/2010 20:28


Voilà exactement ce dont souffre ma mère. Et le chirugien lui a dit "tout va très bien, je ne veux plus vous revoir" ...un profeseur de chirurgie.
Fuyons les médecins !


witney 20/05/2010 10:11


merci pour ces bonnes infos ! on ne nous dit pas tout, c'est clair !