Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Authentiqua

A armes inégales. Les ponctions lombaires ou les P.L c'est quelque chose

15 Mai 2013 , Rédigé par Authentiqua Publié dans #Sante

"Une blouse blanche nous ouvre une porte. Une chambre avec deux lits vides me fait la gueule, elle aussi. J'en remplis un en tombant dessus.

- Déshabillez-vous. On vous attendait. On vous fait une P.L

Non seulement les murs me sont étrangers ici, gris ou marron, mais au surplus on ne parle pas ma langue ?

- Des PV je connais assez bien. Mais une PL... c'est quoi ?

- Une ponction lombaire, mon cher Monsieur, tout simplement

Pourquoi faut-il que les professionnels utilisent toujours un jargon incompréhensible devant le pékin ? Pour jouer à plus pro que pro ? Rester maître de la situation ? Nous éviter la peur ? Ou ne pas faire attention à nous les ignares. Marquer la différence peut-être ?

- Ce n'est pas très douloureux ?

- Ne vous inquiétez pas, Monsieur, ça va très bien se passer. Je vais vous appliquer une pommade anesthésiante au niveau des lombaires. Dans une 1/2 h, quand l'anesthésiant aura agit le docteur viendra vous faire une PL. Il ne faudra pas bouger. Avec l'anesthésie vous ne sentirez rien.

(....)

 

Tout seul.

Le temps passe.

Depuis longtemps Lisa s'affaire dans les couloirs pour trouver ce fameux médecin. Ca fait plus de 2 h qu'on m'a appliqué la pommade. Et je n'ai toujours rien vu venir...

Je me sens abandonné.

Je sens surtout que l'effet de l'anesthésiant m'abandonne, je stresse.

La porte s'ouvre. Enfin. Il entre. Détendu, sourire au lèvres. Médecin.

- A nous

On ne plaisante pas avec le faiseur de P.L. Ne pas le troubler

- Ca fait plus de 2 heures qu'on m'a appliqué la pommade, j'ai peur que l'anesthésiant soit dépassé...

- Comment voulez-vous que je vous pique ?

Il n'a pu comprendre ma question.

 

(...)

 

 

Arrondi sur mon lit, l'oreiller entre les jambes, les lombaires àl'air, le cul tendu. Une presque levrette. Je sens que je vais bouffer l'oreiller. Je vais sentir la sodomie de l'aiguille me percuter l'entre-vertèbres.

Sans anesthésie (elle ne fait plus effet) ni vaseline. Accroche-toi.

- Je pique, ne bougez pas, Monsieur.

Effectivement il pique. Je la sens bien sa grosse aiguille me pénétrer la peau; J'imagine la longue aiguille qui cherche ma divine liqueur rachidienne.. C'est impressionnant la longueur de l'aiguille."

 

 

Claude Pinault (le syndrome du bocal- autobiographie). Un humour assez burlesque et un peu corrosif.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article