Le blog de Authentiqua

Le décès d'une donneuse de plasma causé par une "erreur médicale". La générosite peut, parfois, tuer...

5 Octobre 2009 , Rédigé par Authentiqua



Le décès de la jeune femme de 29 ans, qui a succombé, mardi, à un arrêt cardiaque à l'issue d'un don de plasma réalisé à Lyon , est dû à une "malheureuse erreur médicale". C'est du moins ce qu'a indiqué jeudi soir une source judiciaire, qui a précisé à l'Agence France-Presse que des vérifications étaient "en cours".

D'après le site Internet de Metro , qui cite les propos du procureur de Lyon Xavier Richaud, la patiente serait morte à cause de "l'erreur d'une infirmière" lors de l'opération réalisée à l'Hôtel-Dieu, à Lyon. Le magistrat a expliqué au journal gratuit que les premiers résultats de l'autopsie de la victime avaient révélé qu'une fois le plasma retiré, on ne lui avait pas injecté de sodium. L'infirmière "qui a fait ça est complètement effondrée. Elle est hospitalisée, en dépression", a-t-il poursuivi. (elle ne se serait peut être pas mise dans cet état si l'affaire n'avait pas été médiatisée) 
Cette injection manquante a pour objectif de pallier la carence de sodium liée au don de plasma, qui contient la quasi-totalité du sodium du sang. "Il y a eu erreur, mais sans volonté de nuire de la part du centre de transfusion sanguine, qui s'est tout de suite rendu

compte de l'erreur et a donné l'alerte",a déclaré encore Xavier Richaud.

Selon les dernières informations disponibles, la victime serait décédée à l'hôpitalÉdouard Herriot de Lyon où elle aurait été transférée "dans le coma", a précisé Metro,qui annonce l'ouverture d'une information judiciaire pour "homicide involontaire" en "début de semaine prochaine". L'Établissement français du sang (EFS), qui a révélé mercredi la mort de la victime, évoquait jeudi, dans un autre communiqué, un "décès accidentel" à la suite d'un don réalisé "sur un site fixe de Lyon". "Donneuse régulière, la jeune femme ne présentait aucune contre-indication médicale avérée", selon l'EFS, qui a notamment diligenté une enquête interne et demandé une enquête administrative des services de l'État.


Je suis même étonnée qu'il n'arrive pas plus de décès à cause des infirmières.



 

Très affectée, la famille de la victime a décidé de porter plainte afin d’éclaircir la situation. Une enquête interne et une enquête administrative des services de l'État ont été lancées..


Une pensée pour cette jeune femme qui est morte... et aussi pour sa famille.






 Point final


On rencontre, essentiellement deux types d'infirmières , celles qui sont très motivées, qui se donnent à fond dans leur métier, celles qui sont souvent très humaines, qui aiment le contact avec les patients. Elles sont vigilantes. ON sait pourquoi elles sont là, pour l'amour de leur métier. (environ la 1/2 des infirmières):love:










Et puis il y a les autres, les robotisées, les dangereuses. :fou:
On manque d'infirmières en France, alors elles peuvent faire n'importe quoi, elles ne seront jamais licenciées... Tuer des patients par négligence ou par indifférence, tout le monde s'en moque.[:l-o-o-l]Les hôpitaux gagnent  les procès dans 99 % des cas.
Un patient mort hier,[:l-o-o-l] aujourd'hui 25 autres entrées (ou nouveaux) dans le service, l'entreprise marche bien, le CA est bon. Ce soir encore 6 décès dûs à des erreurs d'inattention,[:l-o-o-l]  à l'incompétence et à la désinvolture des médecins et des infirmières[:l-o-o-l] mais demain 27 entrées dans le service, les comptes sont loins d'être dans le rouge... Que l'on tue le patient[:l-o-o-l] ou qu'il survive,[:l-o-o-l] la paye est la même à la fin du mois,  :bounce: pas d'effort à faire...:D Dans certains hôpitaux de proximité, dans certains service, la 1/2 des personnes qui se font opérer décèdent à cause de médecins et d'infirmières incompétents. 
Cette catégorie d'infirmières ne sont là que pour la paye à la fin du mois (avec l' AHA elles ne pourraient pas rembourser les prêts,:lol:rouler avec des grosses bagnoles,  avoir un superbe pavillon, avoir une domestique, une nounou, et puis infirmière ça en jette plus que dépressive à l'aHA ), pour sortir de chez elles, pour tailler la bavette avec d'autres infirmières qui ont la même mentalité:lol: et parfois  aussi pour avoir quelques relations extra conjugale avec  un médecin, un brancardier, un cuisinier, un malade ou le directeur du CHU, un pompier, un ambulancier.:lol:


Elles n'envisagent pas une reconversion professionnelle, elles ont un salaire décent, et des pauses très longues qu'elles n'auraient pas dans d'autres entreprises non médicales. Le samedi ou le dimanche après-midi c'est café-croissants ou brioches de 14 h à 17 h.[:rick-liam]  [:tartopiom]et ces dames sont payées pour ça.[:jeanne d'albret]On reprend le travail que pour faire dîner les pensonnaires  ( le règlement contraint à nourrir les malades même le week-end:lol:
Elles auraient peur qu'on ne les garde pas dans une autre boîte avec leurs erreurs incessantes...  les étourderies seraient inexcusables. Dans la plupart des entreprises, si on ne fait pas le boulot sérieusement, on est vite congédié. 
Ces infirmières devraient être considérées comme inaptes à leur métier. Si elles étaient caissières de supermarché on n'admettrait pas qu'elles se plantent pour rendre la monnaie à tous les clients (ou presque) et que le soir il y ait des erreurs de caisse de 300 euros par caissière, un manque de 300 euros par caisse, ce serait la fermeture rapide du supermarché ou de l'hypermarché. :lol:Ce serait la mise à la porte vite fait, on se montre impardonnable dans les entreprises.



On absout des erreurs "humaines" qui entraînent la mort dans certaines professions, alors que dans d'autres on licencie pour des fautes d'orthographe etc....  
Infirmière, c'est une des seules professions où on peut commettre autant de bévues [:joselitae]et des bévues "mortelles" [:joselitae]sans être licenciée[:joselitae]ni même être fustigée, [:joselitae]c'est cool être infirmière. 
Elles sont souvent aussi dédaigneuses [:babyzou]que les médecins hospitaliers envers les malades. Elles se montrent irrespectueuses, persifleuses. Ce sont celles là qui maltraitent les malades de
tous les âges,
psychologiquement et physiquement...[:pat-ne-mens-jamais-jamais-].  Elles savent que personne ne leur dira rien, on manque cruellement d'infirmières en France, et la parole d'un patient maltraité contre la leur ne pèse pas lourd...  Les autres soignants les défendront[:annie83] au cas où elles seraient interrogées sur leurs comportements très singuliers pour des soignantes, elles savent qu'à l'hôpital il y a une solidarité vraiment exceptionnelle.[:annie83] Dans la plupart des cas,  en cas de plainte, elles ne seront pas questionnées , ni convoquées par le directeur,[:acteur06]il a autre chose à faire que de réprimander ces infirmières, et lui il a fini par s'habituer à la maltraitance,[:l-o-o-l]il trouve ça somme toute normal, ce qu'il trouve anormal et très horripilant c'est que des patients osent rouspéter pour si peu ou pour "rien", des enquiquineurs pour lui, voila tout. Elles pourront continuer à faire ce qu'elles font et s'en donner à coeur joie... [:naillak]Infirmière, on peut le faire ce métier pour faire le bien, pour soulager les souffrances mais on peut le faire aussi parce qu'on aime voir souffrir les autres... et on peut rajouter de la souffrance où il y a en déjà beaucoup si on est démoniaque, surtout en groupe, on s'entraîne les uns les autres. 
Le contact avec le malades elles détestent ça, ils sont tous si sots...[:g-n-r]
:lol:. C'est bien connu tous les cerveaux sont centrés à l'hôpital, ils travaillent tous à l'hôpital et ils sont chirurgiens, médecins, infirmières, aide-soignantes et

brancardier(e)s.:lol:
Elles oublient de donner les cachets,[:gally14] elles se trompent dans les dosages. [:l-o-o-l]Elles sont très distraites et semblent plus épuisées,[:la-miss-dla-gliss]plus angoissées que les malades qu'on va opérer ou qui sont en phase terminale d'un cancer. Eux, ils doivent rester dignes, mais elles elles ont le droit de montrer toutes leurs émotions, de s'énerver contre une veine qu'elles ne trouvent pas, elles ont tant besoin de se faire réconforter[:la-miss-dla-gliss] par les malades. C'est le monde à l'envers... Le patient doit s'adapter et avoir de la compassion pour les infirmières, pas l'inverse avec ces égoïstes.
On se demande comment des personnes aussi inattentives, légères, ou très dépressives ou malades mentales peuvent occuper des postes avec de telles responsabilités, pourquoi le directeur de l'hôpital les garde ?
Elles rencontrent des difficultés pour poser une perfusion malgré leurs longues années dans la métier, une prise de sang et elles la loupe et ça les énerve, elles perdent vite patience.[:parme22] Il ne faut pas trop leur en demander, [:ladyboy]elles font tout mal et elles multiplient les erreurs.[:ladyboy] C'est le relâchement dans le travail, [:ladyboy]elles se désintéressent des patients ,ça les laisse indifférentes si le patient meurt des conséquences de leurs erreurs,[:ladyboy]surtout s'il a pas de famille...   Le patient n'est rien pour elles. Pas un instant, elles ne l'ont perçu comme un être humain,:ouch: c'est un sous humain,[:sam8313:1] une bête ou un objet, quelque chose qui ne pense pas, ne ressent rien. C'est un peu un raisonnenement similaire à celui des psychopathes. Le décès du patient ne pas les chagriner, elles ne peuvent pas éprouver de culpabilité et elles vont récidiver. La seule chose qui pourrait les contrister, c'est la perte de leur emploi. :lol:Qui rembourserait le prêt pour la maison ? Qui payerait la laguna ? Qui payerait la sotte domestique ou  la femme de mènage et la nounou des enfants ? Que diraient les voisins, la famille ?

Ce qui les intéresse le plus , ce sont les bavardages sur leur vie perso dans les couloirs...et les ragots, elles en raffolent !!![:l-o-o-l] Entre 12 et 14 h il est préférable ne pas les avoir avec vous en salles de réveil.  Ces infirmières paresseuses et demotivées ne se préoccuperont pas de vous,  elles ne jetteront jamais un oeil sur vous. Elles font juste acte de présence.:D  Deux ASH pourraient aisément les remplacer... ou même deux résidents de maison de retraite atteint d'alzheimer. C'est comme s'il n'y avait aucune surveillance en salle de réveil, vous pouvez avaler votre langue, faire un arrêt cardiaque, faire hémorragie etc, elles vous laisseront mourrir[:l-o-o-l][:l-o-o-l] car elles ont confondu salle de réveil et salon de thé.[:rick-liam] Le directeur de l'hopital  couvrira ces "perles rares" si le patient décède... [:ladybreakeuse]et il les gardera bien précieusement.
 


On se demande ce qu'elles font là ? Et pourquoi elles ne sont pas licenciées  ?[:bambinette77]
















 


Rediffusion d'une note du 4 octobre 2009

Partager cet article

Commenter cet article

capucine 05/10/2009


Heureusement, de nombreux soignants ont choisi ce métier par vocation, et sont totalement dévoués! Bises.


une infirmière en colère 22/10/2010


Je suis scandalisée par ce que vous écrivez ... êtes vous du métier ???? Avez vous fait ne serait-ce qu'un stage dans la profession pour vous permettre de parler de la sorte ???? vous devriez
tester cela ne vous ferrai pas de mal ...
Je suis horrifiée par vos propos ... moi, qui bosse aux urgences, en traumato ... mais aussi à l'EFS ...


BM 14/12/2010


Pour écrire cette page et aligner autant de clichés, aussi dégradants et ubuesques les uns que les autres, il faut que vous soyez à la fois franchement mal dans votre peau, et ignorante de tout ce
qui se vit à l'hôpital.

Je ne vous souhaite pas d'avoir jamais besoin d'être hospitalisée, mais ça aurait au moins l'intérêt que vous vous creviez les yeux sur une réalité qui n'a rien de commun avec ce pseudo-portrait
que vous avez voulu en faire.


Deux infirmières 03/02/2011


Comment peut-on en arriver à établir un portrait aussi affligeant de la profession? Comment peut-on ranger les personnes dans deux catégories aussi limitées? Comment pouvez-vous émettre un tel
jugement? Nous rejoignons les commentaires précédents pour vous inviter à venir travailler à nos côtés une journée afin de vous rendre compte de la réalité, qui est bien loin de celle dépeinte dans
votre article! Par contre, nous préférons vous prévenir: notre pause n'excède pas 30 minutes dans une journée de douze heures (parfois c'est bien de manger quand on travaille sans s'arrêter). Il
n'y a a pas de sous-métier ni de mauvais métier. Mais celui que nous exerçons, comme vous l'avez si bien énoncé, implique de soigner des gens et d'être en permanence sur le qui-vive. Et je pense
qu'il faut respecter les gens avant d'écrire des choses que l'on ne maîtrise pas.


IDE 20/01/2013

je tombe par hasard sur cet article scandaleux.Qui êtes vous pour porter un tel jugement diffamatoire?????
Venez plutôt faire du bénévolat à nos cotés ds les hôpitaux plutôt que de bavassez sur votre ordinateur,et vous pourrez vous rendre compte de la vraie réalité de notre fonction!!!!!

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog